Dans la peau de Robin, graphiste !

Dans la peau de Robin, graphiste !

Afin de vous faire découvrir davantage les coulisses d’une agence de communication ainsi que ses métiers qui la composent, on vous prépare une série d’articles « dans la peau de… » ! Et aujourd’hui, on commence par Robin, notre super graphiste !

Hormis le fait qu’il gribouille toute la journée et qu’il colle des gommettes, vous êtes-vous déjà demandé ce qu’était le quotidien d’un graphiste en agence ? Celui qui crée vos logos, imagine vos chartes graphiques et conçoit tous vos supports de communication n’aura plus de secrets pour vous.

Aujourd’hui, on vous fait découvrir les dessous de ce métier : des études jusqu’à l’emploi. Découvrez le parcours de notre graphiste et soyez dans la peau de Robin le temps d’un article.

 

#1. Graphiste, un chemin pas toujours tout tracé

« Aux Beaux-arts, on t’apprend à être artiste, pas graphiste »

Comment devenir un graphiste en herbe ? Et bien, il n’y a pas de parcours type à vrai dire. Me concernant, la vocation n’était pas forcement évidente. Enfant, à la question « que feras-tu quand tu seras grand ? », je répondais un jour « dessinateur » et l’autre jour « paléontologue » (vous savez, ces gens qui étudient les fossiles !). C’est ce qui arrive quand on passe son temps à dessiner des dinosaures… Au Lycée, je me suis donc d’abord orienté en filière scientifique, mais n’étant qu’un élève très moyen, j’ai fait une croix sur ma carrière d’Alan Grant pour me réorienter en filière économique et sociale avec option arts plastiques.

Avec dans l’idée de devenir graphiste, je suis donc parti direction « les Beaux-arts », mais au départ, je n’y ai pas trouvé ce que je souhaitais. En effet, les Beaux-arts forment des artistes et pas des graphistes. Moi qui cherchais à maîtriser parfaitement les outils qui me seraient utiles dans ma future carrière, je me suis vite aperçu que cette école nous formait à être créatif, sans forcément passer par la technique. On vous confronte donc à des sujets auxquels il faut répondre le plus efficacement possible. En fonction de mes projets, j’ai donc choisi de travailler le plus souvent possible sur la suite Adobe, de façon à me former sur le tas, au gré des problématiques imposées par mes projets. Bien sûr les professeurs nous accompagnent dans nos projets et peuvent nous apporter de l’aide sur l’aspect technique mais il faut être demandeur et ce n’est pas mon genre…

Au final, je ne regrette pas mon choix car l’expérience m’a prouvé que la capacité à être créatif est beaucoup plus importante que la technique. Et puis, il ne faut pas forcément un énorme bagage technique pour maîtriser le métier de Graphiste… Coller des gommettes, colorier sans dépasser… Demandez ça à mes collègues développeurs, ils vous le confirmeront ! 🙂

Diplômé, j’ai ensuite travaillé une année en imprimerie pour mettre un pied dans la chaîne graphique. Suite à un licenciement économique, j’ai passé du temps à travailler mon book pour ensuite trouver ma place dans une agence havraise. Au départ, il ne faut pas se mentir, je n’avais rien d’un graphiste et j’avais vraiment le sentiment d’être un escroc ! Puis au fur et à mesure des projets, je me suis rendu compte que ça le faisait… Après 3 ans et demi, j’ai acquis une certaine expérience au gré des nombreux projets et en 2017 je me suis lancé dans la formidable aventure 15.100.17 !

 

#2. L’inspiration, le combat du quotidien !

« Il faut trouver un équilibre entre les tendances et la création pure »

Le combat du graphiste c’est l’inspiration : on le sait, le syndrome de la page blanche effraie tout créatif en herbe. Sauf qu’il ne faut pas céder à la tentation du plagiat ou de l’inspiration un peu trop prononcée ! Dans un premier temps, j’essaie de trouver mon propre axe créatif de façon indépendante. Cette recherche créative c’est parfois celle qui peut prendre le plus de temps en fait… Et si j’ai un blocage, je demande de l’aide à Justine (chef de projet à l’agence) qui me guide sur certaines pistes en lien avec la personnalité du client. Pour m’aider, je peux également m’appuyer sur ce qui se fait ailleurs, sur internet, sur Pinterest mais aussi dans des livres ou des magazines… Mais attention ! S’inspirer sur internet doit permettre uniquement de donner un petit coup de fouet dans le processus de création, cela ne doit pas déterminer un projet !

Que faire pour s’inspirer quotidiennement ? Être curieux, observer le monde, regarder ce qui se fait avec un œil critique, quel que soit le domaine créatif : peinture, photo, mode, architecture… Mais aussi saisir les tendances graphiques, autant dans les formes que dans les couleurs.

 

#3. Créativité et rigueur, le combo gagnant du bon graphiste !

« On oppose souvent créativité et rigueur mais on a besoin des deux pour être graphiste »

"Oui mais il faut quoi pour être THE GRAPHISTE ?" Je pense qu’il faut tout d’abord trouver son propre style, sa « patte graphique ». Ensuite, il faut être rigoureux et précis, car le métier l’impose : préparer un fichier pour l’impression, gérer des textes agréables à lire, organiser des niveaux de lecture, créer une mise en page uniforme sur de longs documents… Oubliez le cliché du créatif, totalement perché, travaillant en freestyle total !

Enfin, il faut savoir s’adapter à tout type d’activité et s’investir peu importe nos préférences, puisqu’évidement, vous allez être amené à travailler sur des projets plus ou moins « glamours », pour autant les attentes du client sont les mêmes et il faut s’efforcer d’apporter la même qualité à tous les projets.

 

#4. Illustration, géométrie, couleurs et flat design : les coups de cœur de Robin !

« Il n’y a pas de couleurs vives sans couleurs sombres, tout est question de contrastes »

Autour de moi, je constate que chaque graphiste à son domaine de prédilection qui l’a conduit au métier de graphiste : typographie, formes abstraites, montage photos… Pour ma part c’est l’illustration. Bien sûr tous ses éléments sont indissociables du métier de graphiste mais nous avons toujours une préférence qui influencera profondément notre style.

Ainsi, indépendamment de mon métier, je m’adonne parfois à l’illustration : d’abord sur papier puis sur Illustrator. Le sujet ? Animaux, paysages naturels, créatures imaginaires et bien sûr… DINOSAURES ! Mon style est géométrique, épuré et le travail des couleurs est souvent la partie auquel j’accorde le plus de temps. Tout est question de contrastes !

 

#5. Le travail d’équipe : l’élément indispensable pour réussir un projet !

Pour réussir un projet, le graphiste ne doit pas rester dans son coin. Il collabore au quotidien avec les autres postes de l’agence et notamment :

  • Justine, la responsable de l’agence : Elle fait le lien avec les clients, j’avoue que la relation et les rendez-vous ce n’est pas trop mon truc, donc c’est avantageux. Elle me fait les briefs sur les nouveaux projets et peut m’apporter ses premières idées, sans toutefois me les imposer. On passe beaucoup de temps à discuter des projets. Si j’étais seul sans Justine, mes créas ne seraient pas les mêmes. Avoir un autre point de vue c’est bien pour explorer des pistes différentes, cela permet également de prendre du recul et de ne pas s’enfermer dans un style trop « barré » qui serait en décalage avec les attentes du client. Justine apporte le côté « stratégique et vision client » et moi le côté « créatif et graphique ». C’est un duo gagnant !
  • Johann, le webdesigner « WordPress » : On collabore sur les sites internet. Il est autonome et prend souvent en charge l’ensemble du projet : le webdesign et l’intégration. Cependant, il m’arrive également de m’occuper du webdesign et ainsi la création des maquettes notamment quand il y a de l’illustration.
  • Benoît, le webdesigner tout terrain et le motion designer : Avec Benoît, on travaille régulièrement sur des projets vidéo. Je fais le story-board avec une dizaines d’images par exemple qui seront les dix plans successifs de la vidéo. Et lui, il travaille sur l’ensemble du motion, c’est-à-dire l’animation. C’est lui qui donne vie à mes images.

 

 C’est le début d’une nouvelle série pleine de surprises et de découvertes métiers. Après cet article, vous êtes-vous reconnu dans le métier de graphiste ?